Le Titanic et le Livre Visionnaire de Morgan Robertson.

Prémonition ou Simple Hasard ? Le Titanic et le Livre Visionnaire de Morgan Robertson.

Réalité et Fiction

Le naufrage du Titanic en 1912 demeure une des catastrophes maritimes les plus marquantes et mémorables de l’histoire.

Toutefois, l’aspect le plus intriguant est la prédiction supposée de Morgan Robertson dans son roman « Futility », publié en 1898.

En effet, publié quatorze ans avant la véritable catastrophe, ce roman présente le « Titan », paquebot insubmersible qui, comme le Titanic, sombre après heurter un iceberg dans l’Atlantique Nord.

Cette étrange concordance entre fiction et réalité suscite des interrogations sur le potentiel prédictif et les coïncidences remarquables.

Questions de réflexion :

Analyse des similitudes : Quelles sont les principales similitudes entre le Titan de Robertson et le Titanic ?

Comment ces détails renforcent-ils l’idée d’une prédiction plutôt que d’une simple coïncidence ?

Taille et description des navires

Le Titan, dans le roman, est décrit comme un navire luxueux et « insubmersible », mesurant environ 800 pieds de long. Le Titanic réel mesurait 882 pieds de long. Les deux navires étaient vantés pour leur luxe et leur sécurité.

Capacité et sécurité

Dans le roman, le Titan pouvait transporter suffisamment de canots de sauvetage pour moins de la moitié de ses passagers. Cette situation tragique reflète celle du Titanic, qui, malgré sa capacité à transporter 3547 personnes, n’avait des canots de sauvetage que pour 1178 personnes.

le naufrage du Titanic

Cause du naufrage

Le scénario le plus frappant est la cause du naufrage : dans les deux cas, le navire heurte un iceberg dans l’Atlantique Nord. Le Titan coule à la suite de cette collision, tout comme le Titanic.

Le moment du désastre

Le Titan coule lors de son voyage en avril, tout comme le Titanic qui a entrepris son voyage fatidique en avril 1912. Les deux événements se déroulent à une proximité temporelle similaire, renforçant l’étrangeté des similitudes.

La vitesse et les circonstances

Dans le roman, le Titan navigue à une vitesse très élevée dans un champ de glace, malgré les avertissements. Cela se rapproche du contexte du Titanic, qui, malgré les avertissements de glace, continuait également à naviguer à grande vitesse.

Réaction et conséquences

Le roman explore la réaction à la catastrophe, la panique, l’héroïsme et les normes de sécurité maritime. C’est aussi des thèmes tristement reflétés dans le naufrage réel du Titanic.

Ces similitudes soulèvent des questions : Robertson avait-il une prémonition ou reflétait-il simplement les préoccupations de son époque sur les avancées technologiques ?

Le fait que Robertson ait pu envisager si précisément un événement semblable à celui du Titanic, tant dans les détails que dans les conséquences, reste fascinant. Cela continue également d’alimenter de nombreux débats.

Intuition, fiction imagination

L’intuition dans la création artistique, comme dans le cas de Morgan Robertson et son roman « Futility, or the Wreck of the Titan », présente un sujet complexe et fascinant.

L’intuition permet de percevoir souvent des choses sans l’intervention de la raison consciente. Dans la création artistique, l’intuition se manifeste de diverses manières. Parfois, en exploitant nos connaissances subconscientes, sensibilité aux thèmes universels.

Souvent, les écrivains et artistes comme Robertson possèdent une connaissance approfondie de leur époque, incluant avancées technologiques, tensions sociales et peurs culturelles.

En effet Robertson était un ancien marin et connaissait bien les navires et les risques maritimes.

Son intuition pourrait avoir été alimentée par une compréhension des réalités technologiques. il était peut-être intéressé par l’ingénierie navale de son époque.

Ainsi, la description du Titan pourrait refléter non seulement une spéculation mais aussi une critique de la confiance excessive dans la technologie.

Sensibilité aux thèmes universels

L’intuition artistique est souvent liée à une sensibilité aux thèmes universels comme la tragédie, l’hubris (l’orgueil), et la catastrophe. Le Titanic et le Titan partagent ces thèmes. Cela pourrait indiquer que Robertson a intuitivement perçu et exprimé une peur humaine profonde.. Par exemple, celle de la chute causée par la propre arrogance de l’homme.

Perception du roman après la tragédie

Le roman est devenu un exemple souvent cité de la manière dont l’art peut parfois anticiper ou refléter des vérités profondes sur la société.

Cela a aussi renforcé l’idée que la littérature et d’autres formes d’art vont au-delà du divertissement, offrant des commentaires prophétiques ou critiques sur la technologie et les progrès humains.

La vérité est peut-être ailleurs ….

De nos jours le nom de  » Titan  »

Le 19 juin 2023, un sous-marin touristique nommé « Titan », utilisé pour des visites de l’épave du Titanic, a été porté disparu dans l’océan Atlantique avec cinq personnes présumées à bord.

Le même jour, les garde-côtes ont lancé une opération de recherche et de sauvetage pour retrouver le petit sous-marin disparu après sa plongée près de l’épave célèbre.

Il semble que le nom « Titanic » ou « Titan » soit entouré d’une sorte de malédiction, attirant des tragédies tant dans la fiction que dans la réalité.

Ces événements continuent de nourrir le mystère et les spéculations autour de ce nom, historiquement associé à des catastrophes maritimes.

Mythologie gréco- romaine

Effectivement, les Titans de la mythologie gréco-romaine semblent subir une sorte de malédiction, notamment avec Cronos, le Titan du temps.

Cette figure illustre la notion d’un cycle éternel et inévitable, où le temps ne parvient pas à effacer ni à guérir les histoires tragiques des Titans.

Cronos lui-même est finalement vaincu par ses propres enfants, les dieux olympiens, dans un acte qui symbolise la rébellion inévitable contre l’ordre établi et la nature cyclique du pouvoir et du destin.

La fascination pour la thématique de la malédiction ou de la fatalité perdure, soulignant l’idée que certains destins semblent inéluctables, indépendamment du passage du temps.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *