Mes découvertes

Bonjour Béatrice

Voici mes démarches et prises de conscience, que j’appelle « Découvertes ».

DÉCOUVERTE 1

LE PREMIER BONIMENTEUR DANS MA VIE, C’ÉTAIT MON PÈRE.

Découverte 1

Mes découvertes … C’est lui, Edmond, qui le premier était faiseur d’illusions, toujours très élégant, racontant de belles histoires qu’il ne réaliserait jamais.

C’est Edmond qui est entré dans la vie de ma mère pendant l’absence de Michel, par ses belles paroles, il lui a fait « oublier », l’amour de sa vie, le bon danseur, l’homme de valeurs, l’homme de Bien.

Et la déception de ma mère a été forte, car si elle aimait Michel, elle dut aussi être très amoureuse de mon père, plus tard, elle lui disait souvent, « Toi, c’est du vent, rien que du vent »

Voilà donc le grand bonimenteur, bateleur élégant, artiste des mots, mais fait de vent, de promesses non tenues, qui a supplanté l’homme de cœur et de bien.

Découverte du vague à l’Ame

Découverte, que ma mère ressent du ressentiment envers lui, nourri par le sentiment d’avoir été bernée, manipulée et d’avoir raté sa chance, ce qui alimente sa colère permanente.

Je partage avec ma mère le sentiment d’être manipulée et bernée dans mes relations affectives et professionnelles, prenant souvent des vessies pour des lanternes.

Ensuite, j’ai rencontré Jean- Michel, un autre homme de valeurs, avec qui j’ai eu envie de faire un enfant, Aurélie.

Je l’ai quitté pour Frédéric, pour le ROI DES BONIMENTEURS.

Il a magnifiquement joué son rôle de manipulateur, menteur, et de faiseur d’illusions en créant aussi une belle théâtralisation de son amour pour moi.

Il donnait à entendre et à voir. Ce fut très beau aussi.

Alors, ce n’est plus la peine que je cherche ou que j’attende, j’ai connu le plus grand, le meilleur dans sa spécialité, j’ai eu le Roi, BASTA, RIDEAU.

DÉCOUVERTE 2

Découverte 2

Le Bonimenteur, c’est aussi un bateleur, un artiste des mots, et il est important pour moi puisqu’il ressort chaque fois dans mon jeu, j’y suis donc bien attachée.

Il est temps pour moi de transformer ce lien en intégrant le bonimenteur en moi-même, plutôt que de le chercher à l’extérieur.

Il m’habite aussi ; il me revient donc de lui donner sa juste place, en le laissant s’exprimer et en écrivant ces histoires que j’aime tant entendre !

Ces histoires ne sont pas là pour manipuler ou endormir. Non, elles sont là, pour faire rêver et éveiller. Comme les contes et romans qui réveillent les émotions des lecteurs et auditeurs.

DÉCOUVERTE 3

Découverte, avec le Roi des Bonimenteurs, j’ai acheté une maison dans la Rue du Château. Était-ce le château de la belle au bois dormant ?

Là où, endormie par les fadaises du Roi des Bonimenteurs, je pouvais glisser dans le sommeil de l’attente.

Cette maison est située au sommet d’une colline, avec une vue dominante sur la vallée. Elle a trois escaliers, rien de rationnel dans cette maison. Je l’ai toujours su et pourtant elle m’a conquise. A l’époque, je disais que j’avais eu le coup de foudre pour elle, sans doute parlait elle à mon « âme » !!!

DÉCOUVERTE 4

Découverte 4

Cette maison a été le théâtre d’agressions violentes et de destructions répétées par la maîtresse de Frédéric, qui venait pendant mes absences. Découverte pour moi tardive ..

Véritable viol de ce bien intime si cher à mon cœur.

Cette maison, que j’avais longtemps espérée et rénovée avec une énergie considérable, est devenue le lieu de la dévastation, car l’ennemi se trouvait à l’intérieur.

Comme l’Algérie ravagée par la guerre civile, comme cet appartement que ma mère avait attendu si longtemps et dont elle n’a pu jouir que 18 mois, obligée de partir pour échapper aux violences et sauver sa peau.

Ma maison de la Rue du Château, n’était-elle pas située à Mouroux, comme si la mort et le deuil s’inscrivaient en toutes lettres dans la réalité.(Mouroux= mourir )

DÉCOUVERTE 5

Découverte 5

Je suis retournée devant la maison de la Rue du Château. Quelle découverte, ce jour-là.

J’étais très émue de la revoir et soulagée de la voir « en bonne forme », bien entretenue par ses nouveaux propriétaires qui en prennent soin.

Ils ont conservé aux fenêtres, les voilages que j’avais choisis avec beaucoup de soin et j’ai été très étonnée de les voir encore accrochés aux fenêtres, jamais je n’aurai imaginé qu’ils puissent avoir été conservés depuis 2004 !!!

Sur le moment, j’en ai été très touchée et contente, en racontant cette histoire à Christian, je lui ai dit « c’est un peu comme si mon âme y était encore », je me suis reprise immédiatement en rectifiant par « je dis n’importe quoi, mon âme, je l’ai emportée avec moi !!! »

Mon Ame captive

Aujourd’hui, je ressens que c’est bien de cela qu’il s’agissait, « mon âme y était captive », comme celle de ma mère est restée captive de l’Algérie et de son amour pour Michel.

Découverte 5

Dans cette maison de la Belle au bois dormant, avec le Roi des Bonimenteurs, je ne pouvais que vivre à mon tour le cauchemar que ma mère avait vécu à Alger.

Depuis cette découverte, je suis submergée par l’émotion, les larmes, larmes de délivrance.

D’y être retournée, m’a permis de « récupérer mon âme » pour laisser dans cette maison « mon bon souvenir » du bonheur que j’y ai ressenti à y vivre.

Car il y a eu aussi du bonheur. Je laisse le mauvais et je garde le bon.

Je suis allée de découverte en découverte en mon Ame.

DÉCOUVERTE 6

Découverte 6

J’ai passé une soirée et une nuit très agréables avec Christian.

Agréable, le qualificatif est faible pour exprimer la relation qui me lie à cet homme.

Plus je lui parle de mon enfance, plus je découvre les points que nous avons en commun,

Christian/Christiane, serait-ce mon double, ce qui expliquerait ma sensation de profonde intimité avec lui ?

Mais il est aussi, l’amour impossible, car comme Michel, il a un enfant avec un handicap, dont il « doit » s’occuper, et ma mère n’avait-elle pas pensé en retrouvant, l’amour de sa vie, à Paris : que « rien ne serait possible, parce qu’un Homme Bien ne quitte pas une femme et un enfant handicapé ».

Christian n’a rien du Bonimenteur, coté expression des émotions et des sentiments, ce serait plutôt un « taiseux », il est le joli cœur, comme l’a qualifié joliment Agnès.

C’est lui qui m’a donné mon premier ordinateur et offert ma première imprimante, encouragements à l’écriture ?

Christian, le JOLI-COEUR, double de la « petite Cri-cri d’Algérie » qui réactive en moi l’enfant créateur ?

DÉCOUVERTE 7

Découverte 7

Par « un comme si audacieux » faire comme si j’avais des ressources débridées, qui me permettent de faire vivre en moi le Bateleur, l’artiste, qui va écrire des histoires.

Le temps de l’attente est terminé, il n’y a plus d’épanouissement à atteindre avant d’agir, à invoquer pour différer le temps de l’action créative et créatrice, le temps du bonheur est là, à portée de moi.

J’ai matière à écrire des nouvelles, après toutes ces découvertes. Les matériaux ne manquent pas entre l’histoire de ma mère, la mienne et celle de ma grand-mère maternelle.

Je « sens » bien le format de la nouvelle pour commencer en tout cas.

Je vais m’y essayer, et vous enverrai la première, dès que je l’aurai écrite.

J’aurais pu vous téléphoner pour vous raconter toutes mes découvertes, j’ai préféré passer par l’écriture, car il est temps que je m’y mette et que je ressente le plaisir que j’éprouve à écrire.

Voilà, Béatrice, je voulais aussi vous faire partager toutes ces émotions combien précieuses pour moi et vous remercier de m’avoir guidée vers et sur ce chemin.

Je mets Agnès en copie de ce mail, car elle est mon amie intime, c’est elle qui m’a mis en relation avec vous et je lui en suis infiniment reconnaissante, en outre, je partage avec elle mon cheminement.

Je continuerai avec grand plaisir (et visiblement grand profit), à me former aux tarots, aussi merci de me le faire savoir quand vous organiserez une réunion.

Bises avec toute mon affection.

Christiane

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *